62
-
Économiser l’eau
I
ntrinsèquement pure, l’eau des précipita-
tions naturelles peut être chargée de par-
ticules plus ou moins nocives en suspension
dans l’air ou récupérées lors du ruisselle-
ment. L’eau de pluie est idéale pour la majo-
rité des végétaux du jardin en raison de sa
très légère acidité (pH 6 en moyenne).
Les récupérateurs d’eau.
L’idée de ré-
colter l’eau de pluie au bénéfice des jardins
date de l’Antiquité. Les villas romaines pos-
sédaient un impluvium, système de captage
des eaux pluviales, relié à un bassin en mar-
bre qui leur servait pour la décoration et l’ir-
rigation. Aujourd’hui, de plus en plus de
jardiniers s’équipent d’un récupérateur, plus
dans un esprit écologique qu’économique.
Entre 50 et 75 m
3
d’eau par an
peuvent
être récupérés, selon les régions, à partir
d’une toiture de 100 m
2
, dans des cuves rac-
cordées aux gouttières.
Un geste écocitoyen.
Si les 15 millions de
jardins privés français étaient chacun équi-
pés d’un récupérateur d’eau ne récoltant
même que 2 m
3
par an, les 30 millions de m
3
obtenus économiseraient l’équivalent de la
consommation domestique de la Martinique
ou de l’eau utilisée pour laver les voitures.
L’eau récupérée n’est pas potable
car elle
est chargée de poussières et de débris de ma-
tières organiques naturellement présentes
sur le toit : mousses, lichens, feuilles.
Récupération en ville.
Attention à l’envi-
ronnement atmosphérique pollué (zones in-
dustrielles), qui risque de concentrer les pol-
luants dans le sol du jardin.
La capacité de stockage
de la plupart des
récupérateurs d’eau individuels ne suffit pas
à satisfaire les besoins du jardin, mais elle
permet de disposer d’un complément tout à
fait valable pour les arrosages ponctuels.
Rentabilité à moyen terme.
Surtout s’il
est équipé d’une pompe, un système de ré-
cupération d’eau de pluie représente un in-
vestissement, dont l’amortissement est d’au-
tant plus rapide que le volume est important.
Récupéra on de
l’eau
de pluie
Dissimuler les réserves d’eau
On ne peut pas dire que les récupérateurs d’eau de pluie soient
vraiment esthétiques, même si les fabricants font de gros efforts
pour les rendre aussi discrets que possible. Les matières plastiques
utilisées pour la plupart des modèles étant à la fois sensibles
au froid, aux fortes chaleurs et aux rayons UV, l’idéal consiste
à les camoufler derrière une végétation bien choisie, le mieux
étant encore une plante grimpante qui s’accroche à un treillage.
Un simple tonneau raccordé à la gouttière d’un abri de
jardin permet de récupérer plusieurs mètres cubes par an.
1...,54,55,56,57,58,59,60,61,62,63 65,66,67,68,69,70,71,72,73,74,...100