Accès Direct
  • Partager cet article sur :

Sapin de Noël : une vraie culture horticole !

04/12/2016

On ignore encore parfois que le sapin de Noël n’est pas coupé en forêt, mais qu’il provient de plantations, au même titre que les autres cultures horticoles. Pour bien le choisir, il faut prendre en compte sa provenance, l’impact écologique de son transport, les variétés, et connaître les règles qui s’imposent pour bien le conserver.

La production de sapins de Noël est en augmentation, afin que tous les foyers se parent de cet ornement vivant devenu indispensable pendant les fêtes de fin d’année. Autrefois invité dans la maison juste quelques jours avant le 25 décembre, il trouve maintenant sa place dès le début du mois dans la décoration hivernale. Son choix, son emplacement et la façon dont on va s’en occuper deviennent donc des sujets à maîtriser complètement.

Quelle provenance ?

Se préoccuper de son origine est le premier réflexe à avoir : privilégier une production française minimise l’impact écologique du transport et favorise les pépinières régionales. Le Morvan, la Bretagne et la région Rhône-Alpes sont de fait riches en producteurs de sapins de Noël d’excellente qualité. La très grande majorité des sapins de Noël en jardinerie proviennent de pépinières françaises.

Un choix variétal

Le choix se porte ensuite sur une espèce odorante ou non, ainsi que sur la tenue des aiguilles. Le sapin de Nordmann est idéal parce que ses aiguilles ne tombent pas. Il ne sent rien mais reste beau pendant un mois et peut s’acheter très tôt. Le nobilis (Abies nobilis) vient ensuite, avec une bonne tenue des aiguilles également, et il a l’avantage d’offrir l’odeur caractéristique de sapin. Il est plus rare et un peu plus cher. L’épicéa, quant à lui, ne tient que pendant quinze jours à trois semaines avant de perdre ses aiguilles, mais il offre aussi une bonne senteur de conifère et sa couleur vert sombre est caractéristique.

Coupé ou en pot ?

Le sapin coupé reste le plus vendu, concurrencé de plus en plus par le sapin élevé en pot. L’avantage de ce dernier réside dans sa conservation plus longue, et il est possible de le replanter au jardin quand il ne dépasse pas 1,50 m de haut, pour qu’il ait de meilleures chances de reprise.

sapins de Noël Naudet

Comment le conserver ?

Qu’il soit coupé ou en pot, le sapin de Noël n’aime pas la sécheresse. Le conserver dans une pièce fraîche, donc peu chauffée, allonge sa durée de vie. Il faut aussi penser à l’arroser quand il est en pot, ou à entourer le pied des sapins coupés avec une mousse artificielle maintenue humide. Au salon, on doit éviter les emplacements desséchants comme la proximité d’un radiateur électrique, d’une cheminée ou d’une fenêtre exposée au sud. Les fêtes terminées, retrourner votre sapin dans votre jardinerie permet son recyclage en compost, et certaines jardineries vous offriront en plus un bon d'achat !


  • Distributeurs phyto
  • Agrément des entreprises
  • Formulaire Cerfa
  • Où déposer vos déchets chimiques?
  • Eco-mobilier
  • Certification MPS
  • Médiation de la consommation
  • Catalogue Phyto
  • Ma Plante, Mon Bonheur
  • Commerces de proximité
  • La Maison de Loupy - Apprends à vivre avec ton chien
  • Les plants de légumes
  • par Alain Delavie
  • Certification Plante bleue
  • Jardins de France
  • Oiseaux de la Nature
  • Jardiner Autrement
  • Plants de pomme de terre
  • Apprends les gestes simples pour bien vivre avec les chiens
  • L'eau, une ressource précieuse pour le jardin
  • News Jardin TV
  • HortiQuid
  • Jardinons à l'Ecole
  • Jardiniers de france
  • Salon du Végétal
  • Rendez-vous aux Jardins
  • Jardins, Jardin
  • Floralies internationales de Nantes
  • Journées des Collections
  • Plant Event
  • Expozoo Paris Animal Show
  • Spoga+Gafa
  • CNVVF
  • CDCF
  • GNIS
  • VAL'HOR
  • IGCA
  • CNCH
  • PRODAF
  • VEGEPOLYS
  • Excellence Végétale
  • SNHF
  • PROMOJARDIN
  • PACTE POUR LE JARDIN
  • FAFSEA